La Danse Libre de Malkovsky

 

Recherche pour une nouvelle danse

En 1920, pour répondre à la question : « qu'est-ce la Danse », Malkovsky écrit :

 

 

Contact

ENSEIGNER

Accueil
Plan du site
La Danse Libre de Malkovsky
Week-ends à Paris
Ateliers hebdomadaires
Micadanses
Week-ends à Lyon

Du mouvement naturel vers...
Mouvements de base
Axe 1 , axe 2 , axe 3 , axe 4 , axe 5
Répertoire
Suzanne Bodak
Alexandre Bodak

 

 TRANSMETTRE

DANSES LIBRES

Visibilité du répertoire
Avec des danseurs :
Photos de Laurent Pailler
Ce que dit la presse

 

 MALKOVSKY

Danseur, Educateur
Repères biographiques
" Pour danser"
Ecrits de Malkovsky

 

 PRESERVER

Ecrire la danse
La notation Laban
Karin Hermes-Sunke
Notation de la danse libre
A propos des danses notées
Chorégraphies notées
Chronologie des
Constantes du style
Le 7e Prélude de Chopin
La Berceuse
Documentation
Les musiques écrites pour
Liens
Films : extraits
"
Grande valse"
"
Danse slave n°8"
"5e mazurka"

 

 DOCUMENTS

DVD "La Danse Libre de Malkovsky"
Ce DVD multilingue
(Vidéo et ROM) fait revivre l'œuvre
et le style du chorégraphe
français d'origine thèque
François Malkovsky (1889-1982), continuateur d'Isadora Duncan
et précurseur de la danse moderne

DVD "Malkovsky par lui-même"
Ce DVD fait revivre Malkovsky enseignant, dansant dans son studio à Paris en 1965.

"Philosophie du geste"

"La Danse de Malkovsky
à travers la notation Laban"

dessin Martel

Malkovsky veut une danse qui transforme par le mouvement, une danse sans le vernis de la société moderne.« De même qu'un cheval de cirque ne peut irradier la liberté et la grâce d'un pur-sang, de même un danseur ne peut par ses seuls entrechats, exprimer des émotions humaines pures et dignes ».Il ne veut pas d'une danse de divertissement : la danse n'est pas faite pour distraire.

« Danser, ce n'est pas combiner des entrechats et des envolées... Ce n'est pas se présenter sur une scène à 10h45 précises et dérouler le savant numéro réglé au métronome. Tel est le but de ces danseurs dont le souci n'est que de plaire, charmer, rehausser l'éclat de leur petite personnalité... L'artiste quel qu'il soit n'a pas l'ambition de plaire, mais d'exprimer des émotions nobles, d'atteindre les hautes cimes de l'Art.»
Pour Malkovsky l'homme moderne a perdu la capacité de se mouvoir, a perdu son savoir cinétique.
« L'homme moderne perd son équilibre, ses facultés. Il n'a pas su conserver ses mouvements comme un chat »
Malkovsky veut un retour aux sources, il le trouvera dans les gestes des travaux d'autrefois et dans la nature.En 1937, Malkovsky écrira :
« Le mouvement est UN, dans les travaux, le sport et la danse »… « Le plus merveilleux des langages... c'est la danse, aristocratie du geste courant ».

Rudolf Laban dans « La maîtrise du mouvement » écrira à la même époque : « Il n'y a pas d'opposition entre un geste de travail et un mouvement dansé ».

En 1926 Malkovsky fait part de sa recherche :

J'ai cherché de tout mon être à saisir le rythme puissant et mystérieux du cosmos. J'ai cherché à voir en regardant, à entendre en écoutant. J'ai cherché à saisir le secret de la divine simplicité que j'ai senti se dégager de l'harmonie universelle : des vents qui soufflent, des arbres qui poussent, des rivières qui coulent, de la terre qui respire, de la glorieuse lumière du jour qui réchauffait mon corps et pénétrait mon âme...et j'ai pu comprendre comment est née la Danse
Ainsi, les mouvements et la danse de Malkovsky supposent un préalable : avoir déposé dans sa mémoire, au plus profond de soi-même des expériences de fusion avec la Nature.
Puis, à travers le présent du mouvement, être capable de laisser surgir cette mémoire enfouie dans le corps. D'où l'expression si chère à Malkovsky : « identifiez-vous ».
Être capable de laisser surgir la matière de ces expériences antérieures, non en mots et en images, mais en états de corporéité.
Être capable de transformer les souvenirs en matière de mouvement. De cette alchimie intime naîtrait l'âme du mouvement.

Toute sa vie Malkovsky dira :« Loin de nous les mouvements des marionnettes sans âme.
Cette danse qui n'appartient qu'à lui, Malkovsky la présentera sur scène et l'enseignera.
La théorie sur laquelle Malkovsky fonde son nouvel art se nourrit de philosophie grecque. Il se réfère à Platon et à sa conception du Beau :
« L'art est la splendeur de la vérité »…« Cherchez le Vrai et vous trouverez le Beau ».

Malkovsky défendra le « vrai » en cherchant à définir l'exactitude dans sa théorie du mouvement.
« Ce n'est qu'en cherchant l'exactitude, que l'on trouve le rythme de la vie continue dans les mouvements humains, la grâce et l'harmonie »
.

L'enseignement de Malkovsky sera une méthode non-verbale de connaissance de soi. Trouver son centre, aucune discipline verbale ne peut réveiller le centre de l'être. Le mouvement est une aide pour devenir ce l'on est.
Malkovsky ne cessait de répéter : « Aucun Maître ne peut rien nous apprendre si ce n'est nous montrer le chemin qui mène à la connaissance de soi ».

Il propose le mouvement pour vivre l'instant, se connaître, devenir ce que l'on est, sans imiter personne. Georges Pomiès écrira dans Propos sur la danse en 1930 : « La Danse ne crée que l'individu elle est la plus efficace méthode de l'évolution humaine »

Malkovsky initie une transformation qui implique l'être total : « physique, mental, émotionnel et spirituel ». Corps et esprit ne font qu'un. L'épanouissement de soi est en même temps l'épanouissement de la vie du corps. Le corps est « l'image de l'âme. Le corps porte l'empreinte des forces intérieures qui l'animent ».(Sédir)

La théorie de Malkovsky se nourrit aussi de philosophie orientale, le Tao. Cette phrase de Lao-Tseu, parmi d'autres, pour susciter des qualités de mouvements :

« Vaincre sans lutter, Convaincre sans parler, Faire venir sans appeler,
Réaliser dans la sérénité. »

Malkovsky donne corps à ses pensées. Il élabore entre 1920 et 1940 une adéquation entre sa philosophie de la vie et une nouvelle danse.
Il dansera et enseignera une danse porteuse de « valeurs » ; celles-ci fondent les structures dominantes de ses « mouvements de base » et de ses « chorégraphies ».

Texte extrait de « Mémoire vive d'un héritage, la danse libre de François Malkovsky

© AMM 2009