La Danse Libre de Malkovsky
 

Association Mouvement-Musique

A propos des danses notées

Les chorégraphies notées

  

Contact

ENSEIGNER

Accueil
Plan du site
La Danse Libre de Malkovsky
Week-ends à Paris
Ateliers hebdomadaires
Micadanses
Week-ends à Lyon

Du mouvement naturel vers...
Mouvements de base
Axe 1 , axe 2 , axe 3 , axe 4 , axe 5
Répertoire
Suzanne Bodak
Alexandre Bodak

 TRANSMETTRE

DANSES LIBRES

Visibilité du répertoire
Avec des danseurs :
Photos de Laurent Pailler
Ce que dit la presse

 

 MALKOVSKY

Danseur, Educateur
Repères biographiques
" Pour danser"
Ecrits de Malkovsky

 PRESERVER

Ecrire la danse
La notation Laban
Karin Hermes-Sunke
Notation de la danse libre
A propos des danses notées
Chorégraphies notées
Chronologie des
Constantes du style
Le 7e Prélude de Chopin
La Berceuse
Documentation
Les musiques écrites pour
Liens
Films : extraits
"
Grande valse"
"
Danse slave n°8"
"5e mazurka"

 DOCUMENTS

DVD "La Danse Libre de Malkovsky"
Ce DVD multilingue
(Vidéo et ROM) fait revivre l'œuvre
et le style du chorégraphe
français d'origine thèque
François Malkovsky (1889-1982), continuateur d'Isadora Duncan
et précurseur de la danse moderne

DVD "Malkovsky par lui-même"
Ce DVD fait revivre Malkovsky enseignant, dansant dans son studio à Paris en 1965.

"Philosophie du geste"

"La Danse de Malkovsky
à travers la notation Laban"

Malkovsky a été le passeur de ses propres créations à plusieurs générations d'élèves, jusque vers 1965. Certaines danses ont été abandonnées assez tôt, ou furent oubliées telles : « le Cloître » sur la musique « Au couvent » de Borodine, le « Poème chorégraphique dans le silence », le 4e prélude de Chopin, un Menuet de Schubert, les « Légendes indiennes d'Amazonie », les Arabesques de Debussy.

Ces titres figuraient dans les premiers programmes, mais ne furent jamais évoqués dans les cours à partir de 1959.

Quelques solos, figurant sur les programmes, n'ont jamais été transmis, du moins à partir de 1950 dans leur intégralité : le prélude n°14 de Chopin, les « flammes » (Walkyries) de Wagner, un Nocturne de Borodine. De chacune de ces danses, Malkovsky a sans doute gardé la cellule gestuelle de base pour en faire un exercice, une recherche d'identification, inspirée par les images du vent, de la flamme et des ombres de la nuit.

Certains solos tels : le 2e prélude de Rachmaninoff, le Stabat Mater (largo) de Pergolèse, la polonaise en la majeur de Chopin, furent encore dansés par Malkovsky entre 1950 et 1959, dans les cours au studio, mais ne furent pas enseignés.

Il existe un autre corpus de courtes danses, surtout des valses de Schubert et de Brahms qui furent enseignées très longtemps, ces danses n'étaient pas mentionnées dans les programmes

Parmi les chorégraphies notées, la Berceuse et la 5e Mazurka, étaient encore dansées en 1970 au studio par Malkovsky. Le Petit berger, la Grande Valse étaient interprétés jusqu'en 1963 par la dernière élève formée pour la scène. Le Désir, la 8e Danse slave, Chanson matinale, le 7e prélude, le Petit berger, des phrases de la Grande valse furent enseignés au cours, jusque vers 1964.
La 15e valse de Brahms et l'Impromptu de Schubert : (la Ronde) furent transmises jusqu'au départ de Malkovsky en 1970 pour le sud de la France.

« Les chorégraphies notées ont été créées entre 1920 et 1946. Elles furent interprétées par Malkovsky ou ses danseuses sur les scènes parisiennes avant la seconde guerre mondiale. Elles sont classées par ordre chronologique d'après leur apparition dans les programmes des récitals.

Ces danses étaient encore enseignées par Malkovsky lors des cours entre 1959 et 1965 au studio Boulevard Berthier. Dès 1966 la transmission de ces chorégraphies devint plus rare.

Ces œuvres reflètent la gravité et la joie de vivre. Elles sont le creuset de forces émotionnelles et spirituelles qui font vibrer la mémoire collective.

Danses de jaillissement et d'abandon, de plénitude et de vide, elles se déploient colorées par le nuancier des tensions, sans jamais aller dans les extrêmes.

Le mouvement parcourt les lignes d'un corps unifié, la danse coule avec fluidité, simplicité et évidence.

En osmose avec la musique, le flux des mouvements est ponctué par de légers accents, pour les suspendre avec élasticité dans l'instabilité du déséquilibre à venir.
Au danseur de trouver l'adéquation entre cette danse de rêve et l'expérience de son corps, afin de l'incarner et lui redonner vie.
Qu'il cherche les chemins intérieurs du mouvement pour éveiller son imaginaire, avant de se laisser prendre par les images que Malkovsky, en son temps, a privilégiées pour construire sa danse.

« Danser, c'est vivre comme l'arbre pousse,
comme la rivière coule,
comme souffle le vent,
avec la même justice, la même simplicité, la même droiture ».

La gestuelle, le style et la recherche formelle révèlent une danse du début du siècle.»

Extrait de « Mémoire vive d'un héritage. La danse libre de François Malkovsky »
par Suzanne Bodak et Karin Hermes-Sunke

Textes repris dans Philosophie du geste

Les notations seront ré-éditées fin 2009

© AMM 2009